52

Faut que ça soit un peu naturel

Discussion d'enquête, village de Å, février 2015
 

Faut que ce soit un peu naturel. Parce que du coup ça peut même faire des trucs comme ça. C’est un peu des mises en abîme.
– Absolument, pour déambuler et […] les paysages [vent dans le micro]
C’est un bon petit sentier pour réfléchir.
– Mais par exemple, rien que la conférence qu’on avait fait pour les lecteurs, je l’ai toute enregistrée, je l’ai réécoutée, tu vois c’est pas mal en même temps, tu vois y’a des trucs.
– Quelle conférence pour les lecteurs ?
– Celle qu’on a fait, quand est-ce qu’on les a vu ? en juin ?
– Ah, celle qu’on avait fait au théâtre de l’Usine, quand on a fait le truc… Ah ok.
– Ben je te l’avais envoyé, je l’avais même débriefée mais t’as pas dû la…
– Merde alors, je suis désolé. Je me souviens pas.
– Mais à ce moment-là t’en avais trop encore dans la tête et je l’avais pas envoyée au bon moment [rires] et donc je l’ai débriefée et tout mais c’est pas mal parce que tu entends des trucs, des hésitations, des machins, c’est rigolo aussi, ça fait aussi du matériel.
– Ah c’est intéressant.
– Par exemple, comme j’avais commencé aussi, je t’avais enregistré en train de présenter, comme à chaque fois c’est toi qui le fait, à chaque fois qu’on rencontre quelqu’un et que tu fais la présentation du projet, plusieurs fois je t’ai enregistré en juin.
– Mais dans certaines des rencontres, quand on rencontrait les gens ?
– Ouais, quand on rencontrait les gens. Tu sais le petit leitmotiv que tu repasses à chaque fois, des présentations avec des légères transformations.
[essouflements]
Et ça revient “alors oui, c’est une histoire à partir d’une nouvelle d’Edgar Poe, donc on vient là parce que…”
– C’est vrai. J’essaye de tresser un truc à chaque fois un peu différemment mais avec les mêmes matériaux.
[pas dans la neige/gadoue]
– On fait exactement la même chose, j’ai l’impression que le premier jour, en juin, c’était ça.
– Ah puis c’était aussi un peu pareil, un peu.
– Justement on hésitait pour Reine.
– Les réponses en attente, si ça vient pas on peut pas rester à moitié en rade.
– Là c’est pareil, ça se trouve il va nous planter.
– Peut-être qu’il va nous planter. Ben disons qu’on lui est un peu tombé dessus. Il nous dit oui autant pour dire oui que peut-être un peu pour s’échapper aussi.
– Ouais ouais.
– Puis après “ah, je suis désolé”. Mais peut-être pas. Comme tu dis si sa femme est pas là, il y a un coup à jouer. Et sinon, mais moi je trouve un peu con qu’on paie trop cher pour faire juste un tour en bateau et faire de la pêche, juste pour lui poser des questions.
–Ah non mais la pêche je pense que ça vaut pas trop le coup parce qu’on va devoir rester vraiment toute la journée, on va pas pêcher, donc ça va être un tout petit peu complexe l’histoire parce que c’est vraiment pour des pêcheurs ou alors faut vraiment qu’on pêche.
– Non je dis les tours qu’il fait pour pêcher, c’est avec des touristes.
– C’est ça.
– C’est pour les touristes, à mon avis ils se font chier, ils pêchent un petit coup, ils font un petit tour et puis ils reviennent, on va pas faire ça.
– C’est là aussi que l’année dernière on avait mangé notre snack…
[claquement de portières]
C’était un grand moment.
– C’est pour ça que j’ai dit cette année, non, pas de poisson séché dans la voiture, c’était trop dégueu.
– Il y avait aussi un grand moment de choix, est-ce qu’on y va faire le tour avec Lars ? Ça c’était un grand moment aussi.
[claquement de portière]
[claquement de portière]
– Bon.
– Tu vas voir qu’on va retourner à Reine, on va retomber sur notre couple de Belges, on devoir aller boire un café avec eux.
– Ah oui, ça va être chiant. T’es encore en train d’enregistrer ?
[rires]
– Tu veux des moments, tu veux du naturel, tu veux de l’authentique…
– Ouh là j’ai 24%, merde.
– Mais qu’est-ce que tu fabriques ?
– Ok, bon ben c’est fait c’est arrivé.
– Y’a qui qu’on devait essayer d’appeler encore ? Parce qu’il y avait quand même plusieurs trucs qu’on s’était dit, mais le problème c’est qu’il faut que tu gardes encore un peu de batterie.
– Merde.
– Ah ben de dieu, on va pas pouvoir appeler machin.
– Qui ça ?
– L’archéologue.
– Merde.
– Ben sinon on prend ton portable.
– Avec lui ?!
– Ou sinon on lui envoie un texto.
– Avec mon portable, jamais.
– La dernière fois, 26 minutes, il m’a fait.
– Non mais dans ces cas-là, on lui envoie un texto en lui disant qu’on l’appelle en arrivant, on a juste un petit problème de batterie.
Parce que là il est 3h.