4

Le front

 

Je garde un souvenir très précis du trajet vers le front – les carcasses de chevaux, quelques cadavres de soldats et l’abri de la tranchée… Et j’ai l’impression d’avoir subi une sorte de choc important, mais là, ma mémoire me fait défaut. Je ne sais même plus comment je suis revenu.
Peut-être ne devrais-je pas le dire, mais ce trajet vers le front, à travers la nuit, cette avance vers le feu roulant, et les chansons, “Aurore” ou je ne sais quoi encore, tout cela était aussi empreint d’une forme de beauté. Le front lui-même était horrible. Horrible.